vendredi 1 janvier 2010

Entretien du 1er janvier 1981 (A la Source de la Conscience)




Visiteur : Le monde existe-t-il sans moi ?

Maharaj : Lorsque vous étiez dépourvu de conscience vous intéressiez-vous à ce monde ? Ce monde existera tant que la conscience sera présente.

Ne vous laissez pas entraîner par un excès de questions et de réponses. Méditez de manière à vous unir à la connaissance, alors toutes les réponses jailliront spontanément. Je vous ai donné la clef. Mon état est celui de l’absence de peur, de désir et d’ambition.

V : Je peux atteindre cet état par la méditation ?

M : Vous devez méditer, mais il n’y a rien à attendre – vous êtes cet état.

V : Lorsqu’on a une vie très active, il est trop facile de s’identifier au corps !

M : Ce n’est pas à cause de vos activités que vous vous identifiez au corps, c’est à cause de votre identification à votre corps que ces activités sont revendiquées comme vôtres.

V : Il est néanmoins plus facile de ne pas être identifié si on a peu de choses à faire.

M : C’est un concept. Il y a en vous la présomption qu’en d’autres circonstances un changement se produirait… il n’y aura aucun changement ! Vous me parler d’un point de vue d’identification au corps.

Vous vous efforcez d’obtenir quelque chose, un objet spirituel. Oubliez tout cela. Observez tout au plus ce qu’est l’objet de votre identification : ce corps. Découvrez la source de ce corps, quand vous l’aurez découverte, comprise, vous n’aurez plus aucun besoin de recherche spirituelle.

V : Je n’ai pas la possibilité parce que j’ai tout d’abord mon travail à accomplir.

M : Il n’y a aucun rapport entre les deux ! Vous pouvez découvrir votre source au cœur même d’une bataille. Comment ce corps est-il apparu, quelle est la source ?

Si quelqu’un vous demande d’abandonner telle ou telle partie de vos activités, n’écoutez pas, c’est faux. Abandonnez cette idée de rejet, de renoncement. Livrez-vous normalement à vos activités du mieux qu’il vous sera possible, mais tout cela ne pourra se prolonger que tant que la conscience sera là. Ne gardez à l’esprit que le souci de ne pas nuire aux autres. Les « faire » et « ne pas faire » ont simplement pour but de faciliter le déroulement des choses, de permettre au monde de tourner le mieux possible.

Ce que vous avez lu, ou que l’on vous a dit – aussi élevé que ce soit – ne vous mènera nulle part. Avant toutes choses, atteignez en vous-même la réponse à « Quel est l’élément qui me permet d’affirmer que j’existe ? »… C’est la conscience. L’univers tout entier est construit sur le concept « Je suis », et il est illusoire, imaginaire, il n’a aucune substance.

Extrait de A la Source de la Conscience, Editions Les Deux Océans, 1991

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire